lundi 29 mars 2010

Emily ou la déraison, Jean-Pierre Milovanoff


« Je crois que les morts n'en finissent pas de nous conduire, de nous perdre, de nous enchanter et de nous faire souffrir jusqu'à l'heure où notre disparition leur permettra de goûter enfin le repos que nous leur avons refusé. »


Jean-Pierre Milovanoff nous livre ici un bien beau texte. C'est l'histoire d'une jeune fille, de son frère et de ses morts. C'est aussi la narration d'une folie douce et pesante. Emily, atteinte de folie, ne fait pas attention au monde qui l'entoure, au monde des vivants, mais bel et bien au monde des morts. Ces morts qui lui parlent, qui l'entourent, qui la hantent. Cette passion morbide l'entraînera dans une certaine folie, où tout semble lui faire peur « la nuit, le vent, les passants, les sentiers déserts, les inconnus au téléphone, les chauve-souris, les couloirs d'hôtel, le grelot au cou des chats, la crème du lait ». Néanmoins, le lecteur est amené à se poser la question de sa folie. Emily est-elle vraiment folle, ou est-ce le monde qui est fou ? Entre la tante qui organise des séances d'auto-défense, d'un vendeur en porte à porte perdu à cause de l'argent, ou bien d'un homme un peu trop volage.


Le frère d'Emily, tente néanmoins de la sauver, il l'a guide dans la vie, l'accompagne lors de ses premières passions amoureuses, et s'assure que tout va bien pour elle. C'est un frère très protecteur qui, l'on peut se demander, ne se sert pas d'Emily pour vivre son existence, qui sans elle n'aurait peut être aucun sens.


Jean-Pierre Milovanoff signe donc, ici, un roman emprunt de poésie, mais peut être un peu trop fade, cette distance entre la folie pure du personnage annoncée dans le titre de l'œuvre n'est peut être pas au rendez-vous, néanmoins cette lecture vaut le détour.





Pour qui s'adresse ce livre ? Il se lit très vite, donc peut convenir à peu près à tout lecteur souhaitant s'investir dans ce roman. C'est un roman noir, donc à éviter si l'on est un peu trop déprimé (il ne vous rendra pas vraiment le sourire).

Aucun commentaire: