lundi 15 mars 2010

L'Olympe des infortune, Yasmina Khadra


« Quand bien même nous ne possédons pas grand-chose, nous mettons du cœur dans notre pauvreté. »
Yasmina Kahdra, plus connu pour des ouvrages traitant des empires du moyen-orient, nous livre ici un conte sur l'univers en deux parties, encore peu connu, des sans domicile fixe. Là où l'écriture est touchante, comme la citation le montre, réside dans un contraste flagrant entre leur pauvreté et l'esprit des personnages. Yasmina Kahdra possède une plume de poète, en effet les SDFs sont ici montrés sous leurs plus beaux jours. Ils ont beau être crasseux, sans le sous, ils sont beaux, ils philosophent à leur manière, il ont de l'esprit. Des métaphores filées de la mer se retrouve donc assimilé à ces gens que tout le monde ignore.
On retrouve aussi de nombreux personnages attachants, comme le grand Ach, musicien du terrain vague et aussi mentor du jeune Junior (qui porte très bien son nom), le gang du Pacha. Ils ne sont ni blanc, ni noir : le gentil Ach sera amené à faire des erreurs, tandis que Pacha, le gangster, dévoilera son cœur tendre au cours d'une mésaventure. La vue de l'auteur n'est donc pas manichéenne, et ne renvoi en rien à une certaine dénigrement de ces êtres humains au contraire, ils sont magnifiés !
La toute première partie du livre semble monotone, on suit tranquillement la vie des résidents du terrain vague, au rythme des vagues. Néanmoins cette tranquillité sera dérangée par un nouvel arrivant, peut être un peu trop fou, la vie sur le terrain ne sera plus jamais la même.
L'auteur dénonce donc ici notre indifférence face à ces êtres humains, aux horreurs que l'on peut leur causer, voire même à notre malheur à nous, nous pauvres gens de la ville. Nous qui ne possédons que du matériel et peu de cœur. Nous qui ne pensons qu'à nous, à notre argent, à acquérir toujours plus, alors que finalement le bonheur réside dans des petites choses de la vie. Je pense que le personnage de Ben Adam nous ressemble, il est un être unique symbolisant tout et n'importe qui, nos coutumes tout comme notre histoire. Il n'est présent que pour montrer notre incapacité à accepter que d'autres personnes peuvent vivre différemment. Je pense aussi que Yasmina Kahdra n'a pas vraiment changé de registre, je vois dans son œuvre une transposition des problèmes du moyen-orient sur le monde des SDFs. Ne sommes nous pas tous des Ben Adam ? Nous intervenons là où nous ne connaissons ni les coutumes, ni même le mode de vie, nous cherchons à purifier, à rendre plus occidentaux des pays qui ne le sont pas. Nous semons la pagaille au seul titre que leurs méthodes de vie ne nous ressemblent pas.
Yasmina Kahdra est un auteur incontournable de notre génération, cela n'est pas anodin que certaines critiques l'assimile à Albert Camus.
Pour qui s'adresse ce livre ? J'ai envie de dire à tout le monde ! Il est très simple d'écriture, l'auteur a vraiment transcrit un langage familier qui colle très bien à ses personnages, donc pas de prise de tête au niveau de la compréhension de ce texte. Le livre n'est pas encore sorti en poche, donc à réservé à ceux qui veulent vraiment le lire, où possédant un ami l'ayant. Il se lit très vite, voire même d'une seule traite, donc il correspond très bien à ceux qui lisent très lentement. Aux amateurs de l'auteur et d'Albert Camus.
Édition : Julliard
Nombre de page : 232
Prix : 18 € 

1 commentaire:

TINUSIA a dit…

Bonsoir Sindy !
Je viens de faire ta connaissance en lisant le billet d'AnneSo sur notre lecture commune. J'aime bien le look de ton blog.
Yasmina Khadra fait partie des auteurs que je veux découvrir... je vais donc m'emparer de tes conseils, et glisser ce titre dans mes envies de lire !
Sur le blog d'AnneSo, je te propose de partager avec toi "NO ET MOI" par le biais de "livres voyageurs". Si ça te dit, fais-moi signe !
Bonne soirée !