lundi 17 mai 2010

Tropisme, Natathalie Sarraute


Elle sait que bientôt il sera temps de cuire les « bruns » et de sonner la cloche pour le thé.

Tropisme de Nathalie Sarraute, est l’un des premiers anti-romans, ou un des premiers nouveaux romans. Cette œuvre, ne comporte en effet aucun personnage. Or un roman se base essentiellement sur une découverte et un suivi d’un ou plusieurs personnages. A sa publication, ce livre ne se fait pas remarquer, néanmoins il connaitra par la suite une reconnaissance de la part des lecteurs.
Cette œuvre se compose en 24 chapitres, où chacun des chapitres recherchent une certaine expression du moi, ainsi Nathalie Sarraute n’hésite pas à décrire des situations fortement chargées d’émotion. Ces descriptions intérieures, vont ainsi, sous les yeux des lecteurs s’exprimer par une violence extérieur, doit-on dans certains cas fuir ou au contraire affronter notre embarras ?
Tropisme de Nathalie Sarraute est une œuvre difficile à aborder et à comprendre, même si elle a été publiée en 1939, les lecteurs ne sont pas habitués à ne pas suivre le parcours d’un personnage. Au début de ma lecture, j’ai été, je l’avoue, perdue, je cherchais effectivement une suite logique de chapitre en chapitre (or il n’y en a aucune). Chaque chapitre est donc indépendant des autres.
On retrouve, comme dans Enfance, cette idée de refaire surgir les pensées, les émotions intérieures vers l’extérieur.

Pour qui s’adresse ce livre ? Pour des lecteurs avertis, passionné de littérature, et ayant déjà quelques bases sur le nouveau roman. 
Édition de Minuit

Aucun commentaire: