lundi 12 juillet 2010

L'étrangleur de Cater Street, Anne Perry


Les romans policiers historiques connaissent une forte ascension, du moins, dans la blogosphère. Je me suis, cette fois-ci, intéressée, à Anne Perry, étrange écrivain, qui aurait, selon Wikipédia, assassiné avec l’aide de sa meilleure amie la mère de cette dernière.
Son premier roman policier, dans la Série Charlotte et Thomas Pitt, s’intitule L’étrangleur de Cater Street. Il se situe dans un Londres victorien, connotant l’univers du fascinant Jack L’éventreur.
L’intrigue policière reste banale, des meurtres par strangulation sont en série, tous situés dans une seule et même rue : Cater Street. Les jeunes filles de petite vertu, souvent des employées, sont touchées par ce criminel. Tout le monde se met alors à douter de tous les hommes du quartier. Serait-ce un père ? Un détraqué ? Un beau-frère, un voisin, une connaissance ? Ce dernier serait-il touché par une schizophrénie, oubliant, par conséquence, ses actes cruels ?
Les personnages sont intéressants, nous traversons cette enquête policière par le biais de la famille Ellison, composée des deux parents Edward et Caroline, de leurs trois filles : Sarah et son mari Dominic, Charlotte et Emilie. Ainsi que leurs employés, dont le majordome Madock. Un personnage sort du lot, c’est bien évidemment Charlotte, personnage éponyme de cette série policière d’un autre temps. Elle renie les conventions de sa société aisée, pour s’intéresser aux journaux et aux faits divers, elle sera même très intéressée par les récits sur les bas-fonds de la capitale anglaise. Néanmoins, ce n’est pas la famille Ellison qui élucidera ce mystère, mais bel et bien le hasard le plus complet, même si l’inspecteur Pitt aura découvert la clef de cette énigme.
Nous n’avons donc jamais, réellement, l’avis de la police, mais l’effet d’une série de meurtre sur une famille londonienne de bonne famille. Ce qui apporte une fraicheur au genre policier historique.
Nous retrouvons, en outre, des histoires d’amours et de tromperies, il y en a vraiment pour tous les goûts !

Pour qui s’adresse ce livre ? Aux amateurs du genre, à ceux passionné par l’époque victorienne, et surtout du Londres victorien.
 Note : 6/10
Edition 10/18, Grands Détectives

 

3 commentaires:

sybille a dit…

c'est aussi Alicia qui m'a donné envie de le lire, son avis était ce qu'il y a de on ne peut plus enthousiaste ! J'ai vraiment beaucoup aimé ^^ mais c'est vrai que c'est un peu dommage qu'on n'est pas le point de vue des policiers !

Alicia a dit…

Je suis ravie de te l'avoir prêté et c'est assez dommage que tu ai été un peu déçue !
Tu penses que tu liras d'autres tomes ? Si oui, n'hésite pas à m'en demander, j'en possède pas mal! :P

Sindy a dit…

Oui Oui, t'inquiéte j'ai assez aimé pour pouvoir continuer la série :)