mercredi 28 juillet 2010

Millénium, Les hommes qui n'aimaient pas les femmes. Stieg Larsson.

La saga Millénium est un carton médiatique, en tête des ventes depuis plus d'un an, je l'ai croisé de nombreuse fois dans le métro parisien. La mort de Stieg Larsson fut, en outre, un événement participant aux succès de cette trilogie, en effet l'auteur mourut après avoir remit les trois premières tome de la saga millénium à son éditeur.





La narration débute sur un prologue, deux hommes discutent sur un sujet que le lecteur à du mal analyser : l'un des hommes reçoit une fleur, sans que personne ne comprenne pourquoi. Nous rencontrons le premier protagoniste dès le premier chapitre : c'est un journaliste économique nommé Mikael Blomkvist, autrement dit : Super Blomkvist ! Ce dernier se retrouve en mauvaise posture, il vient d'être condamné à trois mois de prison pour diffamation contre Wennerström. Quel est cet étrange homme d'affaire nommé Wennerstöm, et quels secrets cache-t-il ? La seconde protagoniste, nous ai présenté dès le second chapitre, elle travaille dans une entreprise de sécurité en Free Lance, elle s'occupe de réaliser des recherches poussées sur des personnes. Son lien avec Mikael ? Elle fut amenée à réaliser un dossier complet sur la vie de ce dernier pour l'avocat d'Henrik Vanger : Dirch Fröde.


La narration policière débute vraiment à partir de la 200éme page, lorsque Henrik Vanger demande à Mikael d'enquêter sur la disparition de sa nièce : Harriet Vanger. Jusque là il n'y a aucun événement extraordinaire pouvant expliquer le succès de cette saga, et plus particulièrement de ce tome. Je me dois donc de préciser les conditions de cette disparition : elle se passe tout d'abord sur une île de la ville d'Hedestad, île fermée par un regrettable accident de voiture (de camion plus précisément) bloquant l'accès au pont reliant Hedeby à Hedestad. Comment Harriet aurait-elle put s'échapper ? Et si elle avait été tué, où était caché son corps ? 37 ans après sa disparition, l'enquête est toujours au point mort.


Les personnages sont eux aussi attachants, nous avons d'une part un célèbre journaliste, co-propriétaire d'un journal mensuel : Millénium, entretenant des relations diverses et ambiguës avec les jeunes femmes, et notamment avec son amie Erika. Et d'autre part Lisbeth Salander, fille torturée, maltraitée, excentrique, et encore sous le joug de l'état. Elle est de loin, la plus attachante.


L'intrigue est multiple, nous avons d'une part l'enquête menée par Mikael sur la famille Vander au sujet de la disparition d'Harriet Vanger et la réalisation d'une chronique familiale sur les Vanger, et d'autre part l'avenir du journal Millénium : vont-ils réussir à remonter la pente, et si oui vont-ils coincé Wennerström ?


L'organisation du livre est chronologique, chaque chapitre relate une plage de temps bien définie. Les hommes qui n'aimaient pas les femmes possède 4 parties divisées en chapitres, et eux même divisés en paragraphes focalisés sur un personnage.


Certaines critiques déplorent une lenteur au début et à la fin du roman, c'est à dire lorsque l'enquête sur la famille Vanger n'est plus présente au sein de la narration. Je n'ai pas subit de longueur, ou peut être juste à la fin, où chaque lecteur est amené à comprendre ce qu'il va se passer.


Pour conclure, j'ai totalement accroché à ce tome de la saga, le sujet abordé (les hommes qui n'aimaient pas les femmes) est difficile mais plaisant. L'auteur s'engage contre les violences faites aux femmes, et le rappelle avec avec des chiffres fiables de ces violences avant chaque nouvelle partie. 

Ma note : 8,5/10

Les points positifs : Un rappel des violences faites aux femmes en Suède. Une dénonciation du pouvoir de l'État et des gros industriels. L'intrigue policière.
Les points négatifs : Une fin décevante, un épilogue attendu par le lecteur.

Pour qui s'adresse ce livre ? Aux amateurs de policier, qu'ils soient femmes ou hommes. A tout le monde, en fait.

Edition : Actes sud, Actes noirs (2006)

1 commentaire:

pimprenelle a dit…

Je fais partie des lecteurs qui ont trouvé le début lent, voire ennuyeux... J'ai même failli abandonner ma lecture à plusieurs reprises!