dimanche 28 novembre 2010

La communauté du sud, Tome 1 : Quand le danger rôde, Charlaine Harris

Il est vrai, que depuis un certain moment, je ne fais plus vraiment de chroniques littéraires, je m’en excuse. Il est vrai aussi que j’ai hisser mes chroniques dans un certain contexte, mon avis n’était pas vraiment présent, une petite explication de l’œuvre, le contexte de la narration, puis un bref topos de mes appréciations suivis d’une note (sur 10) et des recommandations pour la lecture. Je vais maintenant marcher au feeling (aux sentiments pour les puristes de la langue française), peut –être qu’avec cette simplicité, je vais reprendre goût à refaire mes chroniques.

J’ai donc lut la communauté du sud, Tome 1 : Quand le danger rôde de Charlaine Harris, à la suite d’une lecture, que je pourrais qualifier difficile : La route des Flandres de Claude Simon. S’il y a bien une chose que je n’aime pas lorsque je lis, c’est bien de reposer mon cerveau. Certes j’aime m’embarquer dans des histoires, mais le niveau d’écriture doit rester correcte. Dans le premier tome de cette saga, le niveau d’écriture, est, je dois l’avouer : bas. Un personnage (ici Sookie) raconte ses aventures, il n’y a qu’un seul narrateur et l’histoire est bornée par la vision de Sookie. Cette dernière reprend les clichés de la jeune femme adulte des romans de la bit-lit : une femme rejetée de la société (ici Sookie possède un don de télépathe),  belle mais qui pense ne pas l’être (oh mais je vous en prit, arrêtez  donc, chers auteurs, avec ce trait de caractère insupportable !), qui a subit quelques dommages et intérêts (et que je te fasse pleurer dans les chaumières), en bref, un personnage principal classique, rien d’innovant.
La jeune Sookie évolue dans un univers vampirique (mais est-ce vraiment la seule créature imaginaire qui rode à Bon-Temps ?). Son vampire ressemble, presque traits pour traits, à Edward de Twilight, un homme protecteur, habitué aux humains, qui cherche à s’intégrer parmi eux, en bref, pas intéressant.
A m’écouter, je n’ai pas aimé, néanmoins, comme je l’ai dit, j’avais besoin d’une lecture facile, très facile (je ne pouvais pas tomber mieux). Je me suis laissée guidée par les topos de ce nouveau genre, qui cible les jeunes adultes du type féminin. L’intrigue n’est pas mauvaise, mais reste sans surprise, mince l’univers vampirique est-il aussi borné par des règles esthétiques ridicules, ou est-ce qu’il est bon, et donc plus rassurant pour les auteurs, de voguer sur les nouvelles tendances, quitte à faire de vulgaire copier/coller entre auteurs ?
C’est une lecture mitigé, j’ai apprécié, oui, mais essentiellement pour me divertir, cette lecture ne m’a rien apporté mis à part la sensation de lire quelque chose de facile et sans prise de tête.  Je me rassure en me disant que je n’ai pas perdu d’argent, j’ai acheté ce premier tome en occasion à 1 euros, si j’arrive à me procurer le second tome pour le même prix, je n’hésiterais pas. Cependant, il est clair que je n’achèterais pas ce livre neuf, le rapport qualité/prix n’est pas valable, ce genre de roman n’est décidément pas fait pour moi.

Note : 5/10
 Points positifs : Pas de prise de tête, parfois il est bon de voguer sur du déjà connu/déjà vu quelque part.
Points négatifs : style beaucoup trop simpliste, vogue un peu trop sur les stéréotypes qui plaisent aux jeunes filles/femmes, intrigue légère.
Pour qui s’adresse ce roman ? Aux curieux qui n’ont pas lut Twilight (vous pourrez enfin briller en société en parlant de vampire !), à ceux qui recherche une lecture sans prise de tête, aux passionnés du genre. 

2 commentaires:

Alicia a dit…

Je l'avais lu en VO, et je ne l'avais pas trouvé déplaisant :) La série TV est bien quoique assez crue et gore ..

Sybille a dit…

Ah Sookie ! je suis d'accord avec toi sur un nombre de points inimaginables, mais je ne peux pas m'empêcher d'aimer ! le gros avantage de cette saga, c'est que ce n'est pas du tout prise de tête, donc parfois, ça fait du bien....