lundi 7 novembre 2011

Limonov, Emmanuel Carrère


"Il y tient le rôle dont il a rêvé le révolutionnaire professionnel, le technicien de la guérilla urbaine, Lénine dans son wagon blindé" Limonov

Avant de débuter cet avis, je voudrais remercier PRICEMINISTER, pour l'envoie de ce livre, et plus particulièrement Rémi de PriceMinister pour l'organisation que cette opération a dû lui demander. 

"Il y tient le rôle dont il a rêvé : le révolutionnaire professionnel, le technicien de la guérilla urbaine, Lénine dans son wagon blindé"

Limonov n'est pas un personnage de fiction. Il existe. Je le connais. Il a été voyou en Ukraine ; idole de l'underground soviétique sous Brejnev ; clochard, puis valet de chambre d'un milliardaire à Manhattan ; écrivain branché à Paris ; soldat perdu dans les guerres des Balkans ; et maintenant, dans l'immense bordel de l'après-communisme en Russie, vieux chef charismatique d'un parti de jeunes desperados. Lui-même se voit comme un héros, on peut le considérer comme un salaud : je suspends pour ma part mon jugement. C'est une vie dangereuse, ambiguë : un vrai roman d'aventure. C'est aussi, je crois, une vie qui raconte quelque chose. Pas seulement sur lui, Limonov, pas seulement sur la Russie, mais sur notre histoire à tous depuis le fin de la Seconde Guerre mondiale. 

J'ai apprit, pendant ma lecture, que ce livre avait reçut le prix Renaudot, je n'ai qu'une chose à dire, c'est qu'il est mérité, je dit cela sans même avoir lut les autres livres, je peut alors concevoir que mon avis n'est pas fondé, mais j'ai vraiment prit un plaisir à lire ce roman. J'ai découvert cet auteur durant l'été 2011, avec D'autres vies que la mienne, et ce fut, là aussi un coup de coeur. L'écriture, ou le fondement de cette biographie, est originale, l'auteur ne se base pas seulement sur des faits qu'il aurait apprit et rassemblés par le biais de recherche, il y mêle aussi sa vie. La vie d'Edouard Limonov fait ainsi, écho à celle de l'auteur, ils ont reçut les mêmes conseils, connu, parfois, les mêmes personnes. 
Cette biographie, si on peut appeler cela ainsi, débute dès la jeunesse du jeune Edouard, qui se fera, par la suite, appelé Edouard Limonov. Ce dernier est le fils d'un agent du KGB, il admire son père jusqu'au jour où il découvre que ce dernier n'est qu'un sous employé du pouvoir mit en place, qu'il s'occupe en réalité des prisonniers de guerre et qu'en plus, il n'a pas connu la guerre. La vie d'Edouard est semée de fausses illusions, de l'admiration pour son père, il passe au méprit, cette chute constante, ou se renouvellement de pensée, est un facteur important dans la vie de notre Limonov. Ce dernier rêve d'une ascension sociale, il envie ses maîtres et les méprisent pour la bonne raison qu'ils ne reconnaissent pas son talent. Il se fait, par la suite, un nom dans l'underground de Moscou (l'underground est un groupe d'artistes, faisant de la misère une haute valeur esthétique, avoir été enfermé dans un hôpital psychiatrique représentant un idéal pour la création, ils possèdent leurs propres codes sociologiques, ils se reconnaissent comme appartenant à un groupe, et s'admirent), mais cela ne lui suffit pas. Limonov tente alors de percer en Amérique, pour se faire il décide d’émigrer vers ce nouveau monde, en prenant le choix de ne plus jamais retourner en Russie (une fois émigré, le régime refusait de vous revoir revenir sur votre Terre de naissance, même pour la mort de vos parents). Néanmoins cette aventure n'est pas fructueuse, Limonov échoue, son désir de reconnaissance est bafoué, il se retrouve à mendier et remet en cause ses principes sociaux.
Il connait enfin une reconnaissance à Paris où ses romans seront publiés et y rencontreront un certain succès. La narration prend alors un aspect politique, la Russie connait à ce moment là une crise politique (l'arrivée de Gorbatchev au pouvoir), l'auteur nous renseigne donc sur les convictions politiques de son personnage. Entre engagement politique avec la création d'un parti ou l'engagement militaire, Limonov fait parler de lui.

Un roman non fictionnel
Certains lecteurs se sont demandés comment mettre une étiquette à ce livre, il n'est pas un véritable roman au sens propre, c'est à dire relevant de la fiction, puisqu'on y parle d’éléments fondés sur de véritables faits. Dans une interview, donnée pour le site Evene.fr, l'auteur nous confie qu'on pourrait assimiler (même si il refuse toute catégorisation) ses oeuvre sous le terme de non-fiction novel, introduit par Truman Capote. Ce terme désigne tout roman rapportant des faits réels, selon Wikipédia, il faudrait que ce roman soit, dans l'idéal, raconté à la 3éme personne.

C'est donc un véritable coup de coeur, et un livre qui mérite d'être creusé, je pense être passée à côté de beaucoup de choses, je n'ai pas connu les faits historiques racontés (ou alors j'étais trop jeune pour les comprendre) et je n'ai que de brefs souvenirs de mon cours d'histoire en terminale. Je le relierais sans doute, plus tard, avec plus de connaissance historique.

Pour qui s'adresse ce roman ? Aux amateurs de l'auteur et de Limonov, et... à tout le monde ! 

Les plus : L'ensemble de l'oeuvre. Un vrai coup de coeur. 
Les moins : S'adresse parfois à un public ayant des pré-requis sur cette période historique et les personnages qui ont ponctués ces dernières. 

Où acheter le livre ? Limonov


2 commentaires:

pagesnuancees a dit…

ce livre m'avait beaucoup, beaucoup plu ! Effectivement il requiert quelques connaissances historiques, mais cette histoire russe m'a passionnée !

Alicia a dit…

Ce livre m'intrigue.. Inès est en train de le lire pour un de ses cours à la fac, et elle lutte ! Elle n'aime pas du tout apparemment x)