jeudi 12 avril 2012

Le confident, Héléne Gremillon

--> « Ce ne sont pas les autres qui nous infligent les pires déceptions, mais le choc entre la réalité et les emballements de notre imagination ».
 Tout d’abord je tiens à remercier le site Livraddict ainsi que les éditions folio pour ce partenariat qui m’a réellement enchantée ! Dès le début, j’ai aimé le couverture, j’ai aimé le 4éme de couverture qui apportait son lot de mystère, j’ai ensuite été charmée par la lecture de ce premier roman. 
Camille vient de perdre sa mère, alors qu’elle reçoit des lettres de condoléances respectant les règles de politesse, une lettre se distingue du lot, cette dernière ne semble s’adresser à personne, la mise en page ne correspond pas aux topos des lettres. Le récit qu’elle apporte est intéressant, remplis de mystère, il part du plus ancien, avec la présentation d’Annie durant son enfance, pour ensuite aller au cœur du sujet. Au début du roman, Camille, notre narratrice, qui est aussi éditrice, perçoit cette lettre comme une tentative dissimulée et maligne de lui faire parvenir un roman. Mais les lettres continuent à arriver et, avec le temps, se resserrent autour de son propre passé, un secret est sur le point d’être révélé. 
Ce premier roman est intéressant dans le sens où il y a plusieurs récits enchâssés dans le premier (celui de Camille et de sa découverte des lettres). Il y a tout d’abord le récit de Louis, qui écrit ces fameuses lettres, puis ensuite celui d’Elisabeth qui nous est transmit par le biais d’un cahier posté par Louis. Pour ne pas être perdu entre toutes ces voix narratives, l’auteur a changé la typographie, celle pour la vie de Camille est toute en rondeur et rappelle la modernité dans le sens où elle est peu commune, celle de Louis est plus traditionnelle, celle D’Elisabeth est la même que Louis (c’est lui qui a transcrit ce témoignage oral sur papier) mais l’encadrement du texte varie. Nous ne pouvons donc pas nous tromper durant notre lecture. Le cadre historique du récit est aussi très bien mené, il correspond parfaitement à la narration. C’est au sein de la seconde guerre mondiale que les plus horribles secrets peuvent se mettre en place. 
 A la fin de ma lecture je n’ai as pu m’empêcher de me demander : comment se reconstruire après avoir apprit ce secret ? Comment se reconstruire une fois que l’on comprend que toute sa vie n’a été que mensonge ? 
Néanmoins, et ça sera mon seul bémol, je n’ai pas apprécié, du moins au début de ma lecture, le style d’écriture de Camille, même si je sais qu’il correspond parfaitement à notre époque et au personnage, qui m’a semblé, avant même l’évocation du secret, perdue. J’ai de loin préférée celle de Louis, beaucoup plus classique et plus apte à évoquer un secret tel que celui-ci. 
 En bref : Une très bonne découverte, un premier roman prometteur. Un roman psychologique, qui pourrait s’apparenter au thriller dans le sens où il éveille notre curiosité et que nous avons envie d’en savoir plus. 
Points positifs : Le contexte historique qui permet à un récit tel que celui-ci d’exister, une histoire prenante.
 Points négatifs : Peut-être un style d’écriture trop moderne pour le récit de Camille, mais là encore, ce n’est que mon point de vue.
 Pour qui s’adresse ce roman ? J’ai envie de répondre à tous même si je pense que le thème abordé plaira un peu plus aux femmes qu’aux hommes

.


Aucun commentaire: